Communiquer sur les comportements efficaces pour limiter les effets

Quotidiennement, nos autorités prennent des décisions qui impactent directement et indirectement nos vies privées et professionnelles. Quels sont les comportements à adopter afin d’en réduire les effets négatifs et de permettre d’évoluer vers une nouvelle stabilité ?

Il est probable que les effets sanitaires directs du coronavirus seront plus faibles que les conséquences indirectes des décisions et actions prises ces jours.

Ce sont nos comportements qui feront la différence. Nous pouvons tous agir individuellement, mais pour le bien de tous, dans l’unité et l’efficacité. Voici les 3 mesures principales immédiates.

Mesure 1 – Protection sanitaire personnelle

Consulter régulièrement le site de l’office fédéral de la santé publique (OFSP) et appliquer les mesures de protection personnelles. ofsp-coronavirus.ch

En particulier la campagne d’information
« Voici comment nous protéger »

Prévenir SA - Se protéger du coronavirus

Mesure 2 – Travaillons nos comportements

Le calme et la paix sont les meilleurs outils à disposition pour

1. Prendre du recul, envisager sereinement la suite et décider de façon appropriée, sans engagements qui, dans une situation encore instable, prétériteraient l’organisation.

2. Le calme s’obtient par

  • Les faits. Les faits, rien que les faits ! Sur une feuille, séparer ce qui est un fait de ce qui est du domaine des pensées ou de l’imagination. Ne conserver que la colonne des faits pour décider de vos actions.
  • Du recul entre les événements extérieurs et nos pensées et émotions intérieures. Pour y parvenir, restons dans le moment présent. Détecter ce qui est en lien avec le passé et ce qui est en lien avec le futur.
  • La respiration. La respiration par le ventre permet d’envoyer 10x plus d’oxygène dans le corps et l’esprit. Avec 10 fois plus de vie, les réflexions sont plus posées, les choix sont plus nombreux.
  • L’énergie (l’attention) n’est mise que sur les éléments qui dépendent de nous. Ce qui ne dépend pas de nous peut être utilisé, mais pas influencé. Notre énergie doit être concentrée et non diluée. Abstenons-nous de dépenser des forces sur ce qui ne dépend pas de nous.
  • L’information. C’est elle qui donne confiance. Tenter de comprendre de donner du sens, de se faire notre propre avis, de ne pas suivre l’avis du groupe ou du nombre. C’est ce qui permettra de quitter l’effet collectif destructeur pour suivre une voie plus objective et constructive.

Mesure 3 – Les sources opérationnelles à diagnostiquer

Il est certains que les décisions actuelles auront des effets futurs. Dans l’immédiat, seul le négatif va apparaître, puis dans quelques semaines de nouvelles opportunités de reconstruire et d’évoluer vont se manifester.

Dans un premier temps, faisons le bilan de l’origine de vos futurs effets économiques négatifs et positifs.

Exemples :

  1. Le contrat xy va être annulé par la clause abc. L’effet est de CHF…
  2. Une bonne approche commerciale (accompagnement, présence, etc.) va rassurer. Nous proposons telles mesures et le client pourrait reporter ce projet ou échelonner certains postes, voire nous soutenir dans d’autres.

Dans un second temps :

Gardons le lien avec nos clients et fournisseurs ! Ils sont dans la même situation que nous ! L’unité prime !

Contactons nos relations. Allons les voir ! Prenons rendez-vous ! Soyons présents !

Qu’en est-il des assurances ?
De manière générale, les assureurs ont anticipé les effets du coronavirus sur les couvertures d’assurances. Lorsque les effets étaient encore limités en Chine, les assureurs actifs en Europe ont limité leur couverture par des notifications d’exclusion express. Ils ne voulaient pas subir des conséquences financières incalculables préalablement.

Si les autorités publiques décident de mesures, là aussi des exclusions générales sont prévues dans les conditions générales.

Pour les situations individuelles, nous vous contacterons pour faire un bilan plus personnel.

Prévenir SA
28 février 2020